10 mai 2006

Conférence : La tuberculose

 
 
 
1

Association pour la santé et l'environnement
Développement Humain Durable

http://associationpourlasanteetlenvironnement.skynetblogs.be

 

 

Il ne suffit pas de vivre . Il faut bien vivre ...

2

 

 

La tuberculose

 

 

 

- I -
Le danger de la tuberculose

 

 

- 2ème maladie infectieuse après le SIDA.

-1/3 de la population mondiale est infecté.
- 8 Millions de personnes développent  la maladie chaque année.
- Multiresistance à l’isoniazide et à la rifampicine : 300.000 cas par an.
- 3 Millions de morts par an soit un mort toutes les 15 secondes.
- 1 personne tuberculeuse peut infecter 10 à 15 personnes chaque année.
 

 

- II -
Le bacille de KOCH

est la cause de la tuberculose

 

 

 

- 1 -
Le bacille de KOCH est une bactérie en forme de bâtonnet

 

1

2

 

- 2 -
Le bacille de KOH est découvert en 1882

par le bactériologiste Germanique
Pr. Robert KOCH

1843–1910

 

3

4

5

En 1843

Robert KOCH est né à CLAUSTHAL. Hanovre.

Etudie les mathématiques, les sciences naturelles et la médecine à GOTTINGEN.

 

En 1868

Diplômé, il commence sa carrière de médecin de campagne.

Passionné depuis toujours par le monde qui l'entoure, il s'intéresse à l'archéologie, à l'anthropologie…

Et à un domaine tout nouveau dans le milieu scientifique : la bactériologie.

Consciencieux, méthodique et patient.

Il ne cesse de travailler et de rechercher la cause, encore mystérieuse, des maladies mortelles.

Il invente plusieurs manières de cultiver les micro-organismes.

Il les isole, les colore, les observe, les manipule et les inocule à des hôtes sains.

 

En 1876

Il démontre de manière irréfutable

que la bactérie Bacillus anthrax

observée dans le sang d'animaux "charbonneux"

est l'agent responsable du charbon épidémique.

Il sort de l'ombre et devient membre de l'Office de la Santé à Berlin .

 

En 1882

Il découvre la bactérie responsable de la tuberculose

Mycobacterium tuberculosis

ou bacille de Koch.

 

En 1883

Il découvre le Vibrio cholerae.

Robert Koch,

reconnu alors dans le monde entier

devient professeur à l'Université de Berlin.

 

En 1891

Il est devenu le directeur de l'Institut des maladies infectieuses qu'il a fondé comme pendant de l'Institut Pasteur à Paris.

 

En 1905

Il obtient le prix Nobel de médecine.

 

En 1910

Il meurt à BADEN-BADEN
après avoir obtenu les plus hautes distinctions.

 

 

- III -
La tuberculose peut toucher tous les organes

 

 

 

- 1 -
Les poumons

dans 80% des cas

 

6

Vaste foyer caséeux à contours réguliers envahissant une partie du lobe dorsal pulmonaire

 

- 2 -
Les ganglions lymphatiques  trachéo-bronchiques

 

7

Tuberculose caséocalcaire des ganglions lymphatiques trachéo-bronchiques

 

- 3 -
La plèvre
Enveloppe des poumons

 

8

Tuberculose caséocalcaire “pommelière” de la plèvre avec congestion associée

 

- 4 -
Le péricarde
Enveloppe du cœur

 

9

Tuberculose fibro-caséocalcaire entraînant un épaississement du péricarde et de l’épicarde

 

- 5 -
Le péritoine
Enveloppe des organes abdominaux

 

10

Petits nodules caséeux répartis à la surface péritonéale congestionnée

 

- 6 -
Le foie

 

11

Nodules caséocalcaires volumineux et confluents sur la face antérieure et les bords du foie

 

- 7 -
La rate

 

12

Foyers de caséification de taille inégale au sein d’un parenchyme splénique congestionné

 

- 8 -
L'intestin

 

13

Petits nodules caséocalcaires dans les ganglions mésentériques avec lymphangectasie

 

- 9 -
Le rein

 

14

Volumineux nodule caséeux envahissant deux lobules adjacents du rein
avec adénite caséeuse diffuse du ganglion rénal

 

- 10 -
L'appareil génital

 

15

Endométrite caséeuse avec hypertrophie de la corne utérine et salpingite nodulaire

 

- 11 -
Le sein

 

16

Tuberculose caséeuse diffuse de la mamelle

 

- 12 -
La peau

 

17

Cicatrices de lésions tuberculeuses sur la peau

 

- 13 -
L'os

 

18

Ostéomyélite caséeuse vertébrale

 

- 14 -
Le système nerveux

 

19

Tuberculose miliaire aigue
avec de très nombreux tubercules et congestion des méninges recouvrant la face inférieure du cerveau

 

- IV -
Le risque de la transmission de la tuberculose 
augmente selon 3 paramètres

 

 

 

- 1 -
Paramètre n° 1
Degré de la contagiosité du malade

la toux . Les cavernes dans les poumons

 

 

 

- a -
La toux

 

20

Dans un accès de toux, il y a environ 3000 gouttelettes

 

- b -
Les cavernes dans les poumons

 

21

 

- 2 -
Paramètre n° 2
Etroitesse et durée du contact avec un malade contagieux

 

 

- Famille.
- Classe d’enseignement.

- Travail.

- Autres groupements humains.
 

 

- 3 -
Paramètre n° 3
Vulnérabilité

 

 

- Femmes enceintes.

- Enfants, surtout en bas âge.

- Personnes âgées.

- Diabétiques.

- Personnes séropositives au VIH ou atteintes de SIDA.

- Malades en cure de chimiothérapie.

- Personnes alcooliques.

- Personnes souffrant de malnutrition.

- Personnes ayant de mauvaises conditions de vie.

22

 

- V -
Les symptômes de la tuberculose pulmonaire

 

 

 

- 1 -
Les signes cliniques

 

 
- Fièvre prolongée entre 37,5 °C  et  38,5 °C.
- Toux de plus de 15 jours.
- Sueurs nocturnes.
- Anorexie.
- Amaigrissement.

23

Parfois :

- Fièvre à 40 °C oscillante.

Et, ou :

- Hémoptysie.
- Essoufflement.  

- Douleur thoracique.

 

- 2 -
Les signes radiologiques

La radiographie pulmonaire
peut montre

 

 

 

- a -
Une miliaire

 

24

 

- b -
Des lésions réticulo-nodulaires

 

25

 

- c -
Des lésions caverneuses

 

26

 

- d -
Un épanchement pleural

 

27

 

- 3 -
Les signes biologiques

 

 

 

- a -
Intradermoréaction tuberculinique

 

28

29

 

- b -

Recherche de BK dans les crachats

Examen direct

 

30

31

 

- c -
Coloration à l’Auramine

Coloration de Ziehl-Neelsen

 

32

 

- d -
Culture sur milieu de LOWENSTEIN

 

33

34

 

- V -
Le Traitement

 

 

 

- 1 -
Les médicaments

 

35

Rimifon . 150 milligrammes . Isoniazide . Comprimé

 

36

Rimifon . 50 milligrammes . Isoniazide . Comprimé

 

37

Rimactan . 300 milligrammes . Rifampicine . Gélule
Rifadine . 300 milligrammes . Rifampicine . Gélule

 

38

Pirilène . 500 milligrammes . Pyrazinamide . Comprimé

 

39

Myambutol . 400 milligrammes . Ethambutol . Comprimé

 

40

Dexambutol . 500 et 250 milligrammes . Ethambutol . Comprimé

 

41

Rifater

50 milligrammes d'Isoniazide
120 milligrammes de Rifampicine
300 milligrammes de Pyrazinamide
comprimé

 

42

Rifater

50 milligrammes d'Isoniazide
120 milligrammes de Rifampicine
300 milligrammes de Pyrazinamide
comprimé

 

- 2 -
Exemple de Protocole de traitement

 

43

 

- VI -
La vaccination

 

 
En 1913
Dr. Albert CALMETTE
médecin colonial
et Dr. Camille GUERIN
partant du bacille tuberculeux bovin
inventent le vaccin antituberculeux
auquel sont attribuées leurs initiales le BCG (Bacille Calmette Guerin) toujours utilisé de nos jours.

44

Dr. Albert CALMETTE
1863-1933

45

Dr. Camille GUERIN
1872–1961

En 1921
appliqué au jeune enfant
il se révèle d’emblée comme l’arme antituberculeuse la plus efficace et la moins coûteuse.

En 1924
au Sénégal
le Dr. Constant MATHIS est le premier à l’appliquer aux nouveaux-nés de la maternité africaine de Dakar.

46

Dr. Constant MATHIS
1871–1956

En 1924 aussi
le BCG est introduit en Indochine
et systématiquement administré dans les maternités des grandes villes.

En 1930
plus de 100 000 nouveaux-nés ont été vaccinés.
La préparation du BCG devient rapidement l’une des tâches les plus importantes
de tous les instituts Pasteur coloniaux qui adaptent le produit aux conditions climatiques tropicales.

Le vaccin initial de Calmette et Guérin dit "frais", administré par voie orale
est fragile car il est inactive par la chaleur et la lumière.

Dès 1936
une nouvelle présentation est administrée par voie sous-cutanée .

Vers 1950
BOIRON à l’institut Pasteur de Dakar
utilise une forme congelée et desséchée
administré par scarifications dans une solution de gomme arabique.

En 1970
CHAMBON dans le même établissement, met au point un vaccin lyophilisé 
injectable par voie intradermique qui supporte bien la chaleur et se conserve plusieurs mois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrit par A.S.E. | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.