28 mai 2006

Conférence : Le désert et la désertification

 
1

Association pour la santé et l'environnement
Développement Humain Durable

http://associationpourlasanteetlenvironnement.skynetblogs.be

 

 

Il ne suffit pas de vivre . Il faut bien vivre ...

2

 

 

- I -
Le désert

 

 

1
 

- Régions où les précipitations sont inférieures à 200 mm par an.      

- Les températures de journées sont très élevées.      

- les nuits sont relativement froides.

- Les plantes se spécialisent :

          + Beaucoup d’espèces annuelles, dont le cycle de vie s’effectue sur quelques jours,
              germent, fleurissent et fructifient tant que la ressource en eau est disponible.

          + Elles subsistent ensuite dans le sol sous forme de graines.
          + Les vivaces perdent leurs feuilles pour limiter la transpiration et développent des tiges ayant la fonction des feuilles.

          + D’autres prennent l’aspect de plantes grasses ou cactiformes par adaptation des tiges devenues d’énormes réserves d’eau.

          + La floraison s’effectue souvent la nuit pour limiter la transpiration.

          + Et la fécondation est réalisée par les chauves–souris.

 

 

- II -
La désertification

 

 

2 

- Un tiers de la superficie des terres émergées du globe est menacé par la désertification. Soit 4 milliards d’hectares.

- 24 milliards de tonnes de sols fertiles disparaissent chaque année.

- Plus de 250 millions de personnes sont directement affectées par ce problème.

- Plus d'un milliard de personnes sont indirectement affectées.

- Entre 1991 et 2000, les sécheresses ont entraîné la mort de plus de 280 000 personnes.

- Représente 11% de l’ensemble des catastrophes naturelles liées à l’eau.

- Conséquences dévastatrices en terme de coûts sociaux et économiques.

 

1-

La désertification porte sur la dégradation, la perte de productivité biologique du sol  due :

          + A l'activité humaine.

          + Aux changements climatiques.

 

2-

Selon L’UNCCD

- La désertification est la dégradation des sols dans :

          + Les zones arides.

          + Les zones semi-arides.

          + Les zones sub-humides sèches.

- La désertification se produit lorsque :

          + Les sols sont fragiles.
          + Le couvert végétal amenuisé. 
          + Le climat particulièrement impitoyable. 
- Ces régions sont habitées par un cinquième de la population mondiale.

3

 

- III -
Quelles sont les causes de la désertification

 

 

1-

Variations du climat

4

- Lorsque les températures sont élevées pendant plusieurs mois, elles provoquent des sécheresses,
  
qui empêchent la végétation de se développer.

2-
Activités humaines

5

6


- Le surpâturage détruit le couvert végétal qui protège les sols contre l’érosion.
- La surexploitation épuise les sols.
- Le déboisement détruit les arbres qui maintiennent la terre sur le sol.
  
Le bois étant la principale source d’énergie domestique, chauffage et cuisson dans de nombreuses régions arides.
- Les mauvaises pratiques en matière d’irrigation entraînent une augmentation de la salinité,
   et assèchent les cours d’eau qui alimentent les grands lacs .

   C’est ainsi que la superficie de la mer d’Aral et du lac Tchad, par exemple, a considérablement
   diminué au cours de ces dernières années .
- L’intensification des activités humaines participe à l’augmentation de l’effet de serre,
   et provoque le réchauffement de la planète .

 

3-

Au XXIe siècle,

Les terres arides devraient être particulièrement sensibles aux hausses de températures.

 

4-

Il existe cependant plusieurs autres causes qui peuvent créer des situations susceptibles de conduire à la désertification :

- Le déplacement des réfugiés pendant les périodes de conflits.

- L’utilisation agressive des sols.

- La protection de l’environnement inadaptée.

- Des facteurs socio-économiques et politiques spécifiques.

 

- IV -
Les impacts de la désertification

 

 

1-

Impacts sur l'environnement

7 

Conséquence du dépérissement de la végétation, la désertification :

- Rend les terrains inondables.

- Entraîne la salinisation des sols.

- Détériore de la qualité de l'eau.

- Entraîne l’envasement des cours d'eau et des bassins.

2-

Impacts économiques

8 

La désertification a d’énormes conséquences économiques.

La Banque mondiale estime qu’au niveau planétaire :

- Le manque à gagner des régions affectées par la désertification 
   pourrait s’élever à 42 milliards de dollars US.

- Alors que le coût annuel de la lutte contre la désertification atteint seulement 2,4 milliards.

3-

Pauvreté et migration de masse

9

La dégradation des sols est synonyme de famine et de pauvreté.
- Pour trouver d’autres moyens de subsistance, les populations qui vivent dans les régions
   menacées par la désertification sont obligées de se déplacer.
  
Généralement, elles migrent vers les agglomérations ou partent à l’étranger.
- Les mouvements de populations sont l’une des principales conséquences de la désertification.
   Entre 1997 et 2020,
   quelque 60 millions de personnes quitteront les zones désertifiées de l’Afrique sub-saharienne
    pour gagner le Maghreb et l’Europe.

4-

Quelles sont les régions les plus menacées

10 

Plus de 110 pays ont des terres arides qui sont potentiellement menacées par la désertification :

- L’Afrique.

- L’Asie.

- L’Amérique latine
            ... sont les régions les plus menacées par la désertification.

 

 

- V -
Que pouvons-nous faire contre la désertification

 


1-
Régénérer et fertiliser les sols

11 

Une façon simple et peu onéreuse de fertiliser les sols consiste à préparer du compost,

qui deviendra de l’humus et régénérera les sols grâce à ses matières organiques.

2-
Combattre les effets du vent . Brise vent

12

- En construisant des barrières.
- En stabilisant les dunes de sable avec des plantes locales.

3-
Reboisement

13 

Les arbres jouent plusieurs rôles :

- Contribuent à fixer les sols.

- font office de coupe-vent.

- Renforcent la fertilité des sols.

- Aident les sols à absorber l’eau lorsque les précipitations sont fortes.


 

Étant donné que les incendies de terres et de forêts font augmenter les gaz à effet de serre,

les opérations d’extension forestière peuvent contribuer à faire régresser les effets négatifs résultant du changement climatique.

4-

Elaborer des pratiques agricoles durables

- La biodiversité agricole doit être préservée.

- La surexploitation des terres doit être compensée par des périodes au cours desquelles
   les sols  sont laissés 'respirer', sans culture et sans bétail.

L’introduction de la monoculture a accéléré le processus de désertification.

Les terres arides abritent un grand nombre d’espèces qui peuvent également devenir des produits commerciaux importants :
aux Etats-Unis, elles permettent de fabriquer un tiers des médicaments produits à l’aide de plantes.
  

5-

Les modes de vie traditionnels
De nombreuses régions arides offrent de bons exemples de vie en harmonie avec l’environnement.

Jadis, le nomadisme était particulièrement adapté aux conditions spéciales des terres arides :

- Se déplaçant d’un point d’eau à un autre .

- Ne restant jamais sur les mêmes terres.

- Les populations pastorales ne portaient que très peu atteinte à l’environnement.

 

L’évolution des modes de vie et la croissance démographique

exercent des pressions de plus en plus fortes sur les rares ressources et les environnements vulnérables.

La route de la soie en Asie et les caravanes trans-sahariennes en Afrique

sont de bons exemples de la vigueur des échanges économiques et culturels mis en œuvre par les sociétés nomades.

 

 

- VI -
Programme des Nations Unies pour l'Environnement . UNEP

 

 

14

1-
Créé en 1972 

L’ UNEP est la plus haute autorité environnementale au sein du système des Nations Unies.

 

Le Programme des Nations Unies pour l'Environnement . United Nation for Environment Program joue le rôle :

- De catalyseur.

- De défenseur.

- D’instructeur.

- De facilitateur.

 

Œuvrant à promouvoir l’utilisation avisée et le développement durable de l’environnement mondial.

 

2-

A cette fin, l’ UNEP collabore avec de nombreux partenaires 

- Dont des organes des Nations Unies.

- Des organisations internationales.

- Des gouvernements nationaux.

- Des organisations non gouvernementales.

- Le secteur privé.

- La société civile.


3-

Le travail de l’ UNEP consiste à :
- Evaluer les conditions et les tendances environnementales mondiales, régionales et nationales.
- Développer des instruments environnementaux nationaux et internationaux.
- Renforcer les institutions afin d’assurer une gestion avisée de l’environnement.
- Faciliter le transfert des connaissances et de technologies pour un développement durable.
- Encourager de nouveaux partenariats et de nouvelles perspectives au sein de la société civile et du secteur privé.


4-

La vision mondiale et intersectorielle de l’ UNEP

- Est bien reflétée dans sa structure fonctionnelle.

- Ses activités.

- Son personnel.

 

a- L’emplacement de son siège social en Afrique :

- Permet à l’UNEP de mieux comprendre les questions environnementales auxquelles les pays en développement doivent faire face .


b- Afin d’assurer son efficacité au niveau mondial :

- L’UNEP entretient six bureaux régionaux.

- En plus d’un réseau grandissant de centres d’excellence :

       + Tel que la Base de donnée des ressources mondiales ou GRID (Global Resource Information Database).

       + Le Centre de surveillance de la conservation de la nature (UNEP-WCMC).

- D’autres bureaux importants de l’UNEP sont à Genève et à Paris où se trouve la division du PNUE chargée de la technologie , de l’industrie et de l’économie.

- L’ UNEP héberge également les secrétariats de nombreuses conventions environnementales internationales :

       + Le Secrétariat de l’Ozone.

       + Le Fonds multilatéral du Protocole de Montréal.

- Les secrétariats de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction.

- La Convention sur la diversité biologique.

- La Convention sur les espèces migratoires.

- Un nombre grandissement d’accords liés aux substances chimiques :

       + La Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières des déchets dangereux.

       + La Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants.


L’ UNEP restant un programme n'a pas les mêmes prérogatives que des agences telles que l'OMC ou l'OMS.

C'est la raison pour laquelle, certains pays  plaident pour en faire une Organisation des Nations Unies pour l'Environnement (ONUE).

Elle pourrait travailler à l'édification d'un code des règles environnementales donnant une plus grande cohérence au droit environnemental et instaurer des relations plus équilibrées avec les autres grandes institutions internationales (OMS, OMC, OMPI, etc...).

 

 

 

 

Écrit par A.S.E. | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.