24 juin 2006

Conférence : Les premiers secours

 
 
 
1

Association pour la santé et l'environnement
Développement Humain Durable

2010

http://associationpourlasanteetlenvironnement.skynetblogs.be

 

 

Il ne suffit pas de vivre . Il faut bien vivre ...

2

 

 

Premiers secours

Les formations aux premiers secours peuvent sauver plus de vies que les progrès de la sécurité routière

 

 

Une ville attachée au bien être et à la santé de ses habitants doit équiper tous les lieux publics par des défibrillateurs cardiaques.

Et chacun de ses habitants doit se responsabiliser en se formant aux secours.


Le temps de formation aux premiers secours est de 20 heures.

Une personne formée est active pendant 30 ans.

Une personne formée aux premiers secours égale 12 jours de gain en espérance de vie.

Une personne sauvée égale 20 ans d'espérance de vie gagnée.

Les formations aux premiers secours peuvent sauver plus de vies que les progrès de la sécurité routière.

 

Beaucoup de personnes meurent chaque année d'un arrêt cardiaque ayant pour cause la fibrillation ventriculaire, par exemple un infarctus aigu du myocarde.

La seule technique efficace pour sauver la victime est la défibrillation électrique.

Une puissante décharge électrique, si elle est pratiquée rapidement.

Cette défibrillation se pratique avec des appareils défibrillateurs.

Les progrès techniques récents ont permis la miniaturisation des défibrillateurs.

Il existe maintenant de nombreux défibrillateurs semi-automatiques portables légers, qui peuvent être utilisés n'importe où par un secouriste non médecin.

 

Le taux de survie des victimes sur lesquelles la défibrillation a été pratiquée baisse dramatiquement selon le moment où la défibrillation a été pratiquée.

Le taux de survie est supérieur à 70 % quand la défibrillation a pu avoir lieu en moins de une minute après l'arrêt cardiaque.

Mais baisse de 10 % à chaque minute.

  

Un secouriste doit :

          + Se comporter de manière adéquate sur un lieu d’accident

          + Prévenir tout dommage supplémentaire aux sauveteurs et aux impliqués

          + Savoir évaluer une situation d’urgence

          + Prendre les mesures immédiates pour sauver la vie
 

 

- I -

Se comporter de manière adéquate

 

 

- Pas de panique

- Garder son sang froid

- Faire bien ce qu’il faut faire
 

 

- II -

Protéger la victime

Et se protéger soi-même pour ne pas se transformer en nouvelle victime

 

 

- Signalisation à distance sur la route du lieu de l’accident

- Coupure du courant électrique

- Dégagement de la victime d’une incendie

- Sortir la victime de l’eau
 

 

- III -

Evaluer la situation d’urgence  

 

 

- Arrêt cardiorespiratoire

- Hémorragie

- Traumatisme de la colonne vertébrale

- Brulures

- Noyade

- Les autres situations
 

 

- IV -

Alerter les secours en demandant à un tiers

 

 

- Hôpital

- Police

- Protection civile

- Gendarmerie
 

 

- V -

Prendre les mesures immédiates, en plus de l’alerte pour sauver la vie

 

 

 

- 1 -

Arrêt cardiorespiratoire

 

 

En cas d’arrêt cardiorespiratoire.

Pas de battement du cœur.

Pas de respiration.

Il faut pratiquer un massage cardiaque externe :

 

- Placer la victime en position horizontale sur le dos sur un plan dur le sol.

- Se placer à genoux près de la victime.

- Dénuder la poitrine de la victime.

- Déterminez la zone d’appui de la façon suivante :

          + Repérer de l’extrémité du majeur le creux situé en haut du sternum à la base du cou

          + Du majeur de l’autre main repérer le creux où les côtes se rejoignent en bas du sternum

          + Déterminer le milieu du sternum

1.1

- Appuyer le "talon" de la main sur le haut de la moitié inférieure du sternum.

          = L’appui sur le thorax doit se faire sur le sternum

             strictement sur la ligne médiane
            
jamais sur les côtes.

1.2

- Placer l’autre main au-dessus de la première, en entrecroisant les doigts des deux mains.

1.3

- Réaliser des compressions sternales successives de 4 à 5 cm d’amplitude

   en poussant vers le bas

   et en restant bien vertical par rapport au sol pendant toutes la manœuvre

   bras tendus.

- La fréquence des compressions sternales doit être de 80 par minute

   associées à 8 à 10 insufflations efficaces.
- Intercaler deux insufflations toutes les quinze compressions du sternum.

1.4

1.5

- Continuer jusqu’à l’arrivée des secours .

 

- 2 -
Perte de connaissance

 

 
La victime est inconsciente et ne répond plus aux questions. Il faut alors :

- Desserrer la ceinture et le col pour faciliter sa respiration.
- Basculer prudemment sa tête en arrière en tirant le menton vers le haut pour éviter que sa langue gène sa respiration.
- Regarder dans sa bouche pour retirer d'éventuels corps étrangers.
- Voir si la victime respire en se penchant au-dessus de sa bouche.
- Mettre la victime en « Position latérale de sécurité ». En aucun cas vous ne devez la laisser sur le dos.
- Donner l'alerte ou faire alerter les secours, et surveiller la victime jusqu'à leur arrivée.

2.1

 

- 3 -
Etouffement

 

 

La victime cherche de l'air,

ne peut plus parler, respirer, tousser.

 

- Il faut donner 5 claques dans le dos avec le plat de la main.

 

Claques dans le dos :

placez-vous derrière la victime debout ou assise,

penchez-là en avant en soutenant sa poitrine avec une main,

et donnez 5 claques dans le dos, entre les omoplates.

Elles provoquent un mouvement de toux et peuvent débloquer le corps étranger.

- Si l'étouffement persiste pratiquer 5 compressions, et en cas d'échec recommencer cette procédure.

 

Compressions :

Passer vos bras sous ceux de la victime.

Mettre un poing au-dessus du nombril,

l'autre main par-dessus votre poing.

Enfoncer le poing d'un coup sec vers vous et vers le haut.

La pression dans les poumons augmente et permet l'expulsion vers le haut du corps étranger.

Si le corps étranger n'est pas rejeté, il peut être resté dans la bouche.

Il faut alors le retirer doucement avec les doigts.

3.1

- En dernier recours, il faut faire un bouche-à-bouche et appeler les secours.

 

- 4 -
Plaie grave

 

 

C'est une plaie plus grande que la moitié de la paume de la main de la victime,

profonde,

contenant des corps étrangers

ou située au niveau du ventre, de la poitrine ou de l'œil.

 

- Il faut allonger la victime pour éviter qu'elle ne s'agite.

- Alerter les premiers secours

- Et la surveiller jusqu'à leur arrivée.

- Se souvenir :

          + En aucun cas vous ne devez laisser la victime debout car rique d'hémorragie
          + Ne jamais essayer de désinfecter la plaie.

          + Ne jamais essayer de retirer un corps étranger car risque d'hémorragie.

          + Ne jamais donner à boire ou à manger à la victime.

4.1

 

- 5 -

Saignement

 

 

Le sang s'écoule abondamment à l'extérieur du corps par une plaie. Vous devez :

 

- Comprimer la plaie avec la paume de la main, en se protégeant à l'aide d'un gant, d'un film plastique ou d'un tampon, ce qui stoppe le saignement.

- Allonger la victime, cela évite un malaise dû à la perte de sang.

- Faire alerter les secours.

- Maintenir cette compression manuelle et surveiller la victime jusqu'à l'arrivée des secours.

5.1

 

- 6 -

Traumatisme de la colonne vertébrale

 

 
- Immobilisation de la colonne vertébrale dans un Matelas à dépression.

6.1

- Se souvenir :

          + Ne jamais moboliser une fracture.
         
+ Un polytraumatisé est un traumatisé de la colonne vértébrale jusqu’à preuve du contraire.
         
+ Le ramassage d'un polytraumatisé se fait dans un état tête-cou-reste du corps strictement horizontal.

 

 

- 7 -
Brûlure

 

 

La brûlure est dite grave si elle est très étendue,

ou que les cloques sont de grandes tailles plus de la moitié de la paume de la main de la victime. Il faut alors :

 

- Arroser la brûlure 5 minutes et pas plus car risque de refroidissement de la victime.

- Retirer pendant l'arrosage les vêtements qui n'adhèrent pas à la peau.

- Allonger la victime sur la région non brûlée.

- L'installer en position demi assise si elle a du mal à respirer.

- Alerter au plus vite les secours.

- Surveiller la victime jusqu'à l'arrivée des secours.

7.1

 

- 8 -

Noyade

 

 

Il faut sortir le noyé le plus rapidement possible de l'eau.

S'il est conscient et respire,

séchez-le et recouvrez-le d'une couverture puis consultez un médecin.

S'il est inconscient, pâle ou respire mal :

 

- Mettez-le sur le ventre et appuyez trois ou quatre fois sur le dos et les reins afin de vider l'eau des poumons.

- Retournez-le et pratiquez un “bouche à bouche” en attendant l'arrivée des secours.

 

- Si le cœur ne bat plus, tenter un massage cardiaque externe.

8.1

 

 

 
 
 
 

Écrit par A.S.E. | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.